Pouillot véloce (Phylloscopus collyhita)

 

 

Le Pouillot véloce, (Phylloscopus collybita), est une espèce de Pouillot très répandue qui se reproduit dans les forêts ouvertes dans tout l'Europe du nord et tempérée et en Asie.

 

Il s'agit d'un passereau migrateur qui hiverne dans le sud et l'ouest de l'Europe, le sud de Asie et au nord Afrique. Brun verdâtre dessus et blanc cassé dessous, son chant chiff-chaff lui a valu son nom vernaculaire anglais Common Chiffchaff. Il a un certain nombre de sous-espèces, dont certaines sont désormais traitées comme des espèces à part entière. La femelle construit un nid en forme de dôme sur ou près du sol, et assume l'essentiel de la couvaison et l'alimentation des oisillons, tandis que le mâle a peu d'implication dans la nidification, mais défend son territoire contre des rivaux, et attaque les prédateurs potentiels.

Comme d'autres fauvettes plus anciennes, cette petite espèce est insectivore, et débusque ces aliments en s'agitant dans le feuillage et restant brièvement en vol stationnaire. Il a été enregistré capturant des insectes, principalement des mouches, de plus de 50 familles différentes, ainsi que d'autres petits invertébrés. Il mange les œufs et les larves de papillons diurnes et nocturnes, en particulier ceux de la Phanèle brumeuse. Le Pouillot véloce mange environ un tiers de son poids en insectes chaque jour, et il se nourrit presque continuellement à l'automne afin de faire des réserves de graisse en préparation de son long vole de migration.

Le mâle Pouillot véloce revient dans son territoire de reproduction deux ou trois semaines avant la femelle et commence immédiatement à chanter pour indiquer sa présence et attirer une femelle. Quand une femme est repérée, le mâle entame la parade nuptiale par un vol lent similaire à celui d'un papillon, mais une fois que le couple est formée, les autres femelles sont chassées du territoire. Le mâle est peu impliqué dans la nidification, et passe le plus clair de son temps à défendre son territoire. Le nid de la femelle est construit sur ou près du sol à l'abri de ronces, d'orties ou d'autres végétations denses et basses. Le nid est en forme de dôme avec une entrée latérale, et est fabriqué à partir de matière végétale grossière, comme des feuilles mortes et de l'herbe. Des matériaux plus fins sont utilisés à l'intérieur, et il est garni de plumes. Le nid masure typiquement 12,5 cm de haut pour 11 cm de diamètre.

La couvée comprend de deux à sept (normalement cinq ou six) oeufs de couleur crème avec de petites taches pourpres rougeâtres, ou noirâtres. Ces oeufs mesurent environ 1,5 cm de long pour 1,2 cm de diamètre. Ils sont couvés par la femelle pendant 13-14 jours avant l'éclosion d'oisillons nidicole, nus et aveugles. La femelle couve et nourrit les oisillons pendant encore 14-15 jours jusqu'à leur envol. Le mâle participe rarement à l'alimentation, même si cela se produit parfois, surtout lorsque le mauvais temps limite les disponibilités en insectes ou si la femelle disparaît. Après le premier envol, le jeune séjourne à proximité du nid pendant encore trois à quatre semaines, et continue d'être alimenté par la femelle et de partager son nid, bien que ces interactions se réduisent après les 14 premiers jours. Dans le nord de son aire de répartition il n'y a pas le temps d'élever plus d'une couvée, en raison de l'été court, mais une deuxième couvée est commune dans les régions centrales et méridionales.

Bien que les couples restent ensemble pendant la saison de reproduction et que la polygamie est rare, et même si les mâles et les femelles reviennent au même endroit d'uen saison de reproduction à l'autre, il n'y a a priori pas de fidélité entre les animaux d'une année sur l'autre. Des croisements avec d'autres espèces, autres que ceux jadis considérés comme sous-espèce de P. collybita, sont rares, mais quelques exemples dl'hybridation avec le Pouillot fitis sont connus. Ces hybrides ont un chant mixte entre les deux espèces, mais ce type de chant n'est pas une preuve suffisante pour identifier un hybride.

Comme avec la plupart des petits oiseaux, la mortalité dans la première année de vie est élevée, mais les adultes âgés de trois à quatre ans sont tout de même courants, et le plus vieil animal enregistré avait plus de sept ans. Les oeufs, les oisillons et les jeunes de cette espèce nichant au sol sont victimes des hermines, les belettes et de corvidés comme la Pie bavarde, et les adultes sont chassés par les oiseaux de proie, en particulier les accipitridés. Les petits oiseaux sont aussi à la merci de la météo, en particulier lors de la migration, mais aussi sur les lieux de reproduction et d'hivernage.

Le Pouillot véloce est parfois un haute pour les parasites de couvées comme le Coucou gris ou le Coucou oriental, mais il reconnaît et rejette les oeufs de ces espèces la plupart du temps, et ce type de parasitisme n'a donc pas trop d'impact. Comme les autres passereaux, le Pouillot véloce peut aussi être touché par des parasites intestinaux comme les nématodes et par des tiques.

Le impact de l'homme sur cette espèce est indirecte, par la déforestation qui affecte son habitat, la prédation par les chats, et les collisions avec les fenêtres, les bâtiments et les voitures. C'est surtout la déforestation qui affecte l'espèce et pourrait la menacer à terme, mais du fait de son aire de répartition très importante de P. c. abietinus et P. c. tristis, et des politiques de conservation des bois dans les zones habitées par P. c. collybita, l'avenir du Pouillot véloce semble assuré1.

 

Le Pouillot véloce conserve cependant une vaste aire de répartition, englobant environ 10 millions de kilomètres carrés, et sa population compte 60 à 120 millions d'oiseaux rien qu'en Europe. Bien que les tendances démographiques mondiales n'ont pas été évaluées, l'espèce ne semble pas approcher les seuils du critère de déclin de la population de la liste rouge de l'UICN (qui est, en baisse de plus de 30 pour cent en dix ans ou trois générations). Pour ces raisons, l'espèce est évaluée comme espèce à préoccupation mineure.

Aucune des principales sous-espèces est menacée, mais exsul, comme il est indiqué ci-dessus, est probablement éteinte. Il y a une augmentation lente de la population du Pouillot véloce en République tchèque. L'aire de répartition de P. c. collybita semble être en expansion, avec une progression vers le nord en Écosse, en Norvège et en Suède et une augmentation importante de la population au Danemark.

C'est un petit oiseau insectivore, soumis à la prédation des mammifères comme les chats et les mustélidés, et à celle des oiseaux, en particulier les faucons du genre Accipiter. Il peut être touché par divers parasites internes et externes. Sa large aire de répartition fait que l'espèce n'est pas menacée globalement, mais une de ses sous-espèces est probablement éteinte.

Le Pouillot véloce est un petit oiseau trapu, mesurant 10 à 12 cm de long. Le mâle pèse 8,7 g et la femelle 6 à 7 g. L'adulte de la sous-espèce type occidentale P. c. collybita a des parties supérieures vertes terne, délavées de marron. Les parties inférieures sont blanc cassé parties et deviennent jaunâtres sur les flancs, et le sourcil est court et blanchâtre. Il a des pattes noires, un bec bien sombre et une courte projection primaire (extension des plumes de vol au-delà de l'aile repliée). Au fur et à masure que le plumage vieilli, il devient plus terne et plus brun et le jaune sur les flancs tend à se perdre, mais après la saison de reproduction il y a une mue complète qui précède la migration, et l'oiseau retrouve ses couleurs d'origine. Le juvénile est plus brun sur le dessus que l'adulte, avec le dessous blanc-jaune, mais il mue environ 10 semaines après l'acquisition de son premier plumage. Après la mue, adultes et juvéniles ont les parties supérieures plus claires et plus vert et un sourcil pâle

Lorsqu'ils ne chante pas, le Pouillot véloce peut être difficile à distinguer d'autres fauvettes aux parties supérieures verdâtres et au-dessous blanchâtre, comme par exemple le Pouillot fitis. Cependant, cette dernière espèce a une projection primaire plus longue, une apparence plus lisse et plus lumineuse et des pattes plus pâles. Le Pouillot de Bonelli (P. bonelli) pourrait être confondu avec la sous-espèce P. c. tristis, mais il a un visage de couleur unie et du vert sur les ailes. Le Pouillot véloce a également des ailes plus arrondies en vol, et un mouvement de la queue caractéristique consistant en une inclinaison, suivie de mouvements latéraux, qui le distingue des autres Phylloscopus et lui vaut l'appelation de « tailwagger », signifiant remueur de queue, en Inde.

La plus grande difficulté consiste peut-être à distinguer les oiseaux qui ne chantent pas de la sous-espèce type du Pouillot ibérique. En Grande-Bretagne et aux Pays-Bas, toutes les observations validées de Pouillot ibérique erratique concernent des mâles qui chantaient.

Cet oiseau tire son nom de son chant distinctif simple, un répétitif chiff-chaff joyeux. Cette chanson est l'un des premiers signes de retour du printemps. Son cri est un hweet, moins disyllabiques que le hooeet du Pouillot fitis ou que le hu-il du Pouillot de Bonelli.

Son chant diffère de celui du Pouillot ibérique, qui a un plus court djup djup djup wheep wheep chittichittichiittichitta. Cependant, des chants mixtes peuvent être entendus dans la zone où les deux espèces s'hybrident, et il est alors difficile de déterminer l'espèce.

Le mâle Pouillot véloce masculine est très territorial pendant la saison de reproduction, avec un territoire faisant généralement 20 m de diamètre, qui est farouchement défendu contre les autres mâles. D'autres petits oiseaux peuvent également être attaqués. Le mâle est curieux et courageux, attaquant même les prédateurs dangereux comme l'hermine si elle aborde le nid, ainsi que des voleurs d'œufs comme le Geai des chênes. Son chant, donné à partir d'un point en hauteur bien exposé, semble être utilisé pour annoncer son territoire et communiquer avec la femelle.

Au-delà du territoire de base, il a une aire d'alimentation plus large, qui est de taille variable, mais généralement au moins dix fois supérieure à la surface de l'aire de reproduction. On pense que la femelle a une aire d'alimentation plus importante que le mâle1. Une fois la reproduction terminée, cette espèce abandonne son territoire, et les oiseaux peuvent se regrouper en petits troupeaux, comprenant parfois d'autres fauvettes, avant la migration.

foto:mihai baciu