L'interviu pour Dynamos Olidaire

From: 

France
 

Célèbre pour sa faune et sa flore luxuriante, classé au patrimoine mondial de l'Unesco, le delta du Danube est aujourd'hui une réserve naturelle d'une richesse exceptionnelle sur laquelle planent pourtant de nombreuses menaces. Mihai et Petre, deux enfants du pays qui ont chacun mis en place leur propre projet d'écotourisme voici quelques années, nous racontent « leur delta » et comment ces projets offrent des pistes alternatives pour son développement.

 

DYNAMIQUE :
Grâce à l'écotourisme, le delta sort la tête de l'eau

LUMIERE SUR :
Mihaï Baciu et Petre Vassiliv, deux « éco-guides » .

On ne se rend dans le delta que par bateau, la vie dans les villages y est clame et les soirées sont douces et silencieuses au bord de l'eau. Cette immense zone humide, isolée du reste de la Roumanie, renferme une richesse écologique classée au patrimoine mondiale de l'Unesco. Ainsi, le delta semble préservé... lire la suite

Nous avons interrogé ces deux acteurs locaux pour comprendre leur parcours et les motivations qui les ont poussés à mettre en place leur projet d’écotourisme... lire la suite

 

ZOOM :
Le Delta en quelques chiffres

 

Saviez-vous que le delta du Danube est le troisième plus grand delta d’Europe après celui de Volga et de Kouban ? lire la suite

 

 

DYNAMIQUE : Grâce à l'écotourisme, le delta sort la tête de l'eau

 

On ne se rend dans le delta que par bateau, la vie dans les villages y est clame et les soirées sont douces et silencieuses au bord de l'eau. Cette immense zone humide, isolée du reste de la Roumanie, renferme une richesse écologique classée au patrimoine mondiale de l'Unesco. Ainsi, le delta semble préservé.
Pourtant Mihaï, guide d'écotourisme, nous met en garde contre les risques autour du delta. Pêche ou chasse abusive, projet de construction d'un canal pour relier le centre de l'Europe à la mer Noire, pollution des eaux du Danube, problèmes d'assainissement et de gestion des déchets : beaucoup de sujets l'inquiètent.

La communauté scientifique et l'Union européenne ont pleinement conscience de ces enjeux. La Réserve de la Biosphère, créée en 1991, permet de protéger cette zone, mais seuls 30 gardes la surveillent aujourd’hui, là où ils étaient 200 il y a quelques années. Les habitants du delta participent ils aussi à préserver leur territoire ?

 


Un couché de soleil sur le delta.

C'est ce qui anime Mihaï et Petre qui mettent en place chacun leur projet d'écotourisme. Ornithologues et fin connaisseurs de ce labyrinthe aquatique, ils organisent le logement des touristes chez les familles des villages. Les habitants vivent essentiellement de la pêche, et d'un peu d'agriculture. Cette forme de tourisme leur permet d'accueillir les visiteurs, amateurs d'ornithologie ou simples touristes, et de mettre en valeur les produits de leur pêche et de leur jardin. Ces familles investissent dans leur maison pour aménager des pensions et voient leur niveau de vie s'améliorer. Durant la journée, Mihaï et Petre emmènent les touristes dans des embarcations à faible vitesse à la découverte des oiseaux protégés de la réserve du delta, les sensibilisant ainsi à la richesse et à la fragilité du milieu.

 

On peut certes regretter le peu d'initiatives de ce genre dans le delta, ainsi que le manque d'organisation entre les pensions et la concurrence que se livrent les transporteurs qui freinent le développement de cette activité. Pour autant, et malgré les risques pour l'environnement dont ils nous ont parlé, Mihaï et Petre restent sereins : l'isolement de la zone et la crise mondiale découragent les projets immobiliers et hôteliers dans le delta. Ils ont donc bon espoir de voir perdurer et se développer un tourisme familial basé sur le contact humain, le respect et la découverte de l'environnement. Pour preuve, leur carnet de réservation est plein pour toute l'année!

 

LUMIERE SUR Mihaï Baciu et Petre Vassiliv, deux « éco-guides »

 

Nous avons interrogé ces deux acteurs locaux pour comprendre leur parcours et les motivations qui les ont poussés à mettre en place leur projet d’écotourisme.

 

Mihaï

Petre

 

Votre parcours et vos débuts dans l’écotourisme ?

 

Mihaï

Pendant 10 ans, j’ai travaillé comme garde écologique pour la Réserve du delta du Danube. En 1996, le projet de jumelage avec le Parc du Marquenterre en Baie de Somme m’a permis d’apprendre le français et de me former aux techniques de guide pour du « tourisme nature ». En 2001, je me suis retrouvé sans travail suite à la décision du gouvernement de supprimer 30% des postes de fonctionnaires. J’ai alors eu l’opportunité d’organiser une visite pour un groupe d’Italiens. Ce fut ma première expérience en tant que guide, et le début de mon entreprise d’écotourisme.

Petre

Originaire du delta du Danube, j’ai au début voulu faire des études de droit par correspondance. Mais au bout de 4 ans je me suis rendu compte que cela ne me correspondait pas. J’ai donc créé, il y a 10 ans, la première chambre d’hôte du delta avec un copain. Au début c’était assez difficile car il a fallu faire de nombreux papiers. Même la mairie ne savait pas ce qu’il fallait faire ! Mais maintenant ça marche bien, j’organise de nombreuses visites du delta et je suis content car l’ornithologie et la photo sont mes deux passions.

 

En quoi votre initiative peut-elle être qualifiée d’écotourisme ?

 

Mihaï

L’écotourisme tel que je le pratique consiste avant tout à respecter la nature : j’ai deux bateaux à fond plat qui sont très silencieux et je sensibilise les touristes au respect de la faune et de la flore que je connais parfaitement. Mais c’est aussi le développement de l’économie locale. Je ne travaille jamais avec les grands hôtels mais avec des pensions familiales. J’achète au maximum la nourriture produite localement, je la cuisine moi-même et je fais le tri sur mon bateau.

Petre

On n’a pas de label à proprement parlé mais on a choisi ce nom car on croit vraiment aux valeurs de l’écotourisme. On refuse d’aller visiter les canaux avec des gros bateaux. Pour notre maison on a utilisé au maximum des matériaux écologiques et locaux. Mais le plus important pour moi et ce dont je suis fier c’est qu’avec le temps on a réussi à changer les mentalités dans le village. Au début, il y avait peu de tourisme et beaucoup de compétition entre les pensions. Maintenant, il y a beaucoup de coopération.

 

Quel sont vos projets futurs ?

 

Mihaï

La crise mondiale m’aide beaucoup car de nombreux touristes européens partent moins loin et se rabattent sur le Delta du Danube. Le mois de mai de l’année prochaine, qui correspond à la période de migration des oiseaux, est déjà totalement réservé. Ce qui va me permettre d’acheter un troisième bateau, afin de continuer à diversifier mon offre.

Petre

Au niveau de ma pension je souhaite installer un chauffe-eau solaire dès que j’aurais suffisamment d’argent. Sinon nous avons comme projet de réaliser un livre pédagogique avec un dessinateur français pour présenter la faune et la flore du delta du Danube. Enfin, je souhaiterais pouvoir me dégager assez de temps pour créer une association qui regroupera les petites pensions afin d’en favoriser l’autopromotion autour d’une image de tourisme durable.

 

Pour plus d’informations :

 

Site de Mihaï

www.chettusia.com

Site de Petre

www.ecotourismdelta.ro

 

ZOOM : Le Delta en quelques chiffres

 

Saviez-vous que le delta du Danube est le troisième plus grand delta d’Europe après celui de Volga et de Kouban ? Il s’étend sur 4150 km², à cheval entre la Roumanie (82%) et l’Ukraine (18%). Environ 15 000 personnes habitent les villages qui jalonnent les 3 bras du delta. En 1990 la Réserve naturelle du delta du Danube a été créée sur une superficie de 580 000 hectares et inscrite au Patrimoine naturel et culturel mondial de l’Unesco. Elle abrite plus de 5400 espèces de plantes et d’animaux, ce qui le classe troisième réserve du monde du point de vue de la diversité biologique, derrière notamment la Grande barrière de corail (Australie). En se promenant en bateau on peut avoir la chance d’approcher quelques uns des 3000 pélicans blancs, « oiseaux-rois » du delta. Attention cependant aux nombreux moustiques qui peuplent la zone l’été !