Delta du Danube par Allain Seve

From: 

France

Je me tiens a votre disposition pour de plus amples détails sur l’organisation, le coût de revient, …de ce séjour.

Pas de liste exhaustive d’oiseaux observés, plutôt une description de moments forts.

A ce voyage , participaient, quatre couples dont trois très intéressés par la photographie. Pour ma part, pas de photos, mais des observations. Et un guide, accompagné de son épouse ( responsable des contingences, culinaires en particulier). Bien sur, tout commence par le premier jour! Près de 70 espèces recensées, dans cet immense delta ( 5000 km² ), inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1991, situé a la frontière de la Roumanie et de l’Ukraine, là où le fleuve le plus puissant d’Europe se jette dans la Mer Noire. A travers de nombreux lacs et canaux, avec des roselières( dont le rôle de filtre de l’eau est primordial et bien visible), des marais, des forêts……1200 variétés de plantes, 300 espèces d’oiseaux et 160 espèces de poissons ( important pour les oiseaux et expliquant pour partie la densité exceptionnelle de ces oiseaux).

Ce delta accueille des millions d’oiseaux lors de la migration, beaucoup y nichent, parmi eux les oiseaux symboliques que sont les 3500 pélicans blancs et 500 frises. 1500 couples de l’oiseaux mythique représentés par les ibis falcinelle. 2500 couples de cormorans pygmée , et 5 couples de pygargues a queue blanche… Il constitue la plus grande réserve naturelle d’Europe. Le climat  y est rude, continental ( le Danube a gelé 63 jours de suite en 1923…), cela n’empêchant pas le delta d’avoir la faune ornithologique la plus riche du monde. Ses habitants vivent essentiellement de la pêche, de l’élevage (surtout oies et canards) et des roseaux ( chaumes…).

Avant ce premier jour, sur la route entre Bucarest (aéroport ) et Tulcea, quelques « mises en bouche » ; tadorne casarca, rollier, et aigle pomarin posé a quelques dizaines de mètres.

Donc le dimanche 26/04, jour de notre départ de Tulcea sur le « MAR » (bateau de notre guide Mihaï) ; nombreux bihoreaux ( par dizaines ) de même les crabiers chevelu (et cela tous les jours ). Beaucoup de busards des roseaux (normal étant donne la masse des roselières et leur extension a perte de vue ) . Cigognes blanches présentes partout, comme les hérons, en particulier les dizaines de pourpré. Mais aussi des chevaliers ; guignettes, stagnatiles, combattants variés. Partout des cormorans pygmée, nettement moins de grands cormorans.

Les oiseaux que nous avons vu le plus souvent, furent les corneilles mantelée, omniprésentes, juste devant les hérons crabier. Nous étions déjà ravi d’avoir vu plusieurs hobereau et kobez…, des couples de nyroca…sans savoir que nous allions en voir des centaines durant notre séjour. Gobes mouche a collier, goélands pontique (leucophees roumains ; larus cachinans), grèbes a cou noir, tous en plumage nuptial. Guifettes moustac en grand nombre, des huppes fasciées( 10 a 20 par jour ), les superbes ibis falcinelle a quelques mètres de distance avant qu’ils ne s’envolent. Il faut dire que le bateau de Mihaï, notre guide, n’est pas bruyant et nous permettait une approche maximale. La locustelle fluviatile vue de nombreuses fois, nous prévenait par son chant si caractéristique. Nos premiers pélicans blancs (en groupe )et frisés ( plutôt isolés ou en petit groupe ) .Une seule sorte d’oie était présente, les cendrées. Et déjà, en vol, notre premier pygargue a queue blanche….impressionnant !

Et le reste, remiz penduline, cygnes tubercules, spatules, sarcelles d’été, nette rousse, vanneau huppé, ramier …Au total de la journée, quelques soixante dix espèces !

 

Le lendemain, lundi, un accroc dans l’ organisation, pas de petit déjeuner prévu….départ pour Sulina. Les oiseaux sont les mêmes, notre œil est déjà plus exercé pour les examiner bien. On ajoute les avocettes élégantes, quelques siffleurs ( encore pas arrivés en grand nombre ), très nombreux chipeaux ( très vite facilement reconnus en vol ). Le coucou gris, vu de très prés, posés et en vol. Groupes de mouettes pygmée sur un lac. Rousserolles effarvattes et turdoides, très remarquées par leur chant incessant. Il faut dire que le temps depuis notre départ était très ensoleillé et le restera jusqu'à samedi.

A notre arrivée, une promenade nous est proposée, on ne regrettera rien ; bruants ortolan, bergeronnettes printanières nuptiales ( surtout des Dombrowski, mais aussi des Feldegg ), fauvettes a tête noire, babillardes, gobes mouches noirs, observés a quelques mètres…mais aussi un pic épeichette ( cendrés et épeiches vus plusieurs fois ), traquets des prés en plumage nuptial…tourterelles des bois

 

Mardi 28/ avril, avec petit déjeuner cette fois pris sur le bateau. Encore beaucoup d’oiseaux, avec quelques spécificités ; pomarin en vol…, premiers souchets, bécassine des marais, nombreux chevaliers ; aboyeur, arlequin, sylvain…et bien d’autres ; cisticole des joncschoucas, loriot…et enfin, sortant des roseaux…un magnifique engoulevent ( en 12 années, jamais notre guide n’en avait vu dans les marais ! ), très coopérant, s’est montré a plusieurs reprises pendant au moins 3 minutes, en passant très près du bateau !

 

Mercredi, direction Caraorman (signifie foret noire ). Avant le départ, promenade a terre pour chercher l’œdicnème criard. Nous n’avons presque rien vu sinon un cochevis huppe et un couple de traquet motteux. Visite ratée du phare, ferme…A 13heures repas sur le bateau, puis départ vers la foret noire. Quelques pélicans mais rien de particulier ( on devient très vite difficile !), puis ce fut le récital guifettes, avec les 3 espèces présentes en nombre, de très près, observation exceptionnelle.

Ce qui nous a le plus frappé ce jour là, c’est notre arrivée au village sur le canal. Paysage apocalyptique, fait d’énormes bâtiments délabrés, en ruine, comme ravagé après un bombardement…En fait il s’agissait là de l’expression de la mégalomanie de Nicolas….Chauchescu, qui avait voulu réaliser cet énorme complexe pour extraire du sable les métaux précieux !!

Pourtant les paysages du delta nous ont surtout marqué par leur grandeur, leur beauté, et la sérénité inspirée qui s’en dégage. Nous sommes tous très satisfaits, malgré les quelques imperfections de l’organisation ( bien difficiles a éliminer complètement dans un  pays qui ne fait que s’éveiller au tourisme ). Voir des centaines de faucons hobereau et kobez, cela ne m’était encore jamais arrivé. Un grand regret cependant, j’avais laissé ma lunette en France, ne faites pas cette erreur.

 

Jeudi 30/04. Non seulement le dîner la veille avait été excellent, le petit déjeuner est copieux et servi dans la bonne humeur avec le sourire…On part a pieds autour du village, second coup de tonnerre. En observant un  petit gravelot, on découvre derrière lui……des glaréoles a collier. Plus de vingt au total, on reste près d’une heure a les observer sous toutes les coutures, tout le monde se gave ! C’est la fête !

Ensuite départ en bateau pour Crisan. En cours de navigation, arrêt et descente du bateau pour faire un tour a pieds. Plein de canards, de grèbes a cou noir toujours en plumage nuptial et observation ( filmée ), a moins de 10 mètres d’une remiz penduline male entrain d’aménager l’intérieur de son nid…

Un peu plus tard, du bateau, nouvelle rencontre extraordinaire, cette fois avec des combattants varies, presque tous en livrée nuptiale magnifique ; marron, cou gris, cou roux, cou et tête blancs…Tout au long de ce voyage, nous avons vu et surtout entendu des milliers de grenouilles entrain de frayer…Arrivée a la pension, où la douche est si basse située qu’il faut se mettre a genoux pour la prendre !

 

Vendredi 1er mai, vers Letea. Première surprise, observation d’une chouette d’ Athena…Puis très belles observations de chevaliers sylvain de très près, encore un pic cendre, bien en vue en haut d’un arbre dégagé, pendant au moins 2 minutes. Puis observation privilégiée d’ un pic syriaque sur un petit arbre, pendant 5 bonnes minutes pour l’ensemble du groupe, cela sous tous les angles. Seconde chouette chevêche cette fois dans le village, également rouge queue a front blanc… Reprise du bateau vers Mila 23.

 

Samedi 2 mai. Temps maussade et froid, pour la première fois. Malgré cela ; pic noir male, nouvelle observation de pics cendres et passage rapide d’un loriot femelle.

Arrêt pour déjeuner, descente du bateau pour visiter une superbe église orthodoxe, puis repas en face d’ une corbetière avec de très nombreux freux, et surtout, ce fut un des grands moments de notre périple ; de très nombreux faucons kobez, avec des accouplements …géantissime !

 

Dimanche 3 mai, retour sur Tulcea, temps mauvais avec pluie. Deux grands moments cependant ; l’un assez court mais unique : faucon pèlerin posé face a nous a environ 5 mètres ( probablement transi lui aussi par le froid et la pluie), l’autre, beaucoup plus long ; grèbe jougris au nid en plumage nuptial a moins de 10 mètres….fabuleux !

 

Lundi 4 mai, dernier jour ornitho, départ en bus vers Histria, a presque 4 heures de Tulcea en direction du sud. Nous ne savions pas encore que nous allions vivre un véritable feu d’artifice, pour cette « farewell party ».

Couple de pygargues a queue blanche, dans un ciel bleu d’azur, imaginez !

Aigle pomarin en vol, sublime.

Groupe de 20 puis un autre de 7 glaréoles a collier, exceptionnel.

Très nombreux limicoles ; sternes pierregarin, guifettes les 3, chevaliers gambettes, sylvainscombattants variés, bécasseaux cocorli en plumage nuptial…..

Plein d’ oiseaux de la roselière ; cisticoles, phragmites, effarvattes, turdoides, locustelles fluviatile, panure a moustache, remiz

Mais aussi pipits des arbres, bergeronnettes, bruants proyer, tariers des près, moineaux espagnols…….Plus 2 blongios nain sortis de la roselière a 2 mètres devant nous !

Encore de nombreux rolliers et nos premiers guêpiers.

Aussi des PG a tête rousse et PG écorcheur (nous avions déjà très bien vu  des PG a poitrine rose

Et, pour finir, une onde légère et gracieuse d’un vol de 300 pélicans blancs, passent juste devant nous !

 

Mardi 5 mai. Retour sur Bucarest, avec encore des oiseaux, rollier, martinets noir, cigogne noire…. Puis toute l’après midi et une partie de la soirée a visiter le centre ville. Nous n’aurions pas voulu partir sans connaître mieux cette belle capitale déjà très modernisée.

 

Bien sur j’espère vous avoir mis l’ eau a la bouche. Le delta est un Eden qu’il faut avoir vu une fois dans sa vie d’ornithologue.

Les photos suivront, il faut d’abord faire le tri et que nos amis me fassent parvenir le meilleur de leur sélection.

Nous avons regretté l’absence de Andre Boussard , il aurait pu nous apporter beaucoup sur l’ éthologie de ces oiseaux

Merci a Mihaï Baciu, guide et organisateur de ce voyage. Malgré quelques dysfonctionnements mineurs, il a su préserver ses intérêts tout en nous faisant profiter au mieux de son expérience de 12 années dans le delta dont il est originaire, et qu’il connaît « comme ses poches ». Il est très intuitif, fonctionne au jizz, beaucoup plus qu’aux critères de détermination ! Il sait où nichent les oiseaux, ou simplement l’endroit où ils se situent ( habituellement), et peut donc nous l’annoncer a l’avance.

Donc Mihaï fut un bon guide, a la fois disponible et compétent. Je referai ce voyage, avec Mihaï, lorsque je serai à la retraite, c’ est a dire dans 4 ans, car j’aimerais renouveler ce très grand moment ornithologique, dans ce joyau naturel.

Près de 140 espèces au total, je n’ai pas cité les oiseaux vus chez nous ; moineaux domestiques ou friquet, mésanges, petits limicoles…..non pas par mépris (tous les oiseaux méritent d’être observes), plutôt pour faire la différence avec ceux, si rarement vus chez nous, ou en si petit nombre.

 

Amicalement a tous.

 

Alain Sève.

seve.alain@free.fr